Tendances en énergies renouvelables – retour sur trois événements tenus en janvier

Sommet sur l’opération (CanREA), Sommet Énergie et lancement de l’État de l’énergie 2021

Quels constats peut-on tirer ?

 

Nergica a participé à deux événements québécois et un événement canadien de l’industrie des énergies renouvelables. Retour sur les grandes tendances et les opportunités qui ont retenu notre attention en ce début d’année 2021.


Sommet sur l’opération

par l’Association canadienne de l’énergie renouvelable (CanREA)
26-27 janvier 2021

I. La fiabilité du réseau électrique, une priorité pour le fédéral

Selon Ressources Naturelles Canada, la fiabilité du réseau électrique demeure une priorité de haute importance pour le gouvernement fédéral. Pour consulter la stratégie nationale, les projets financés et les fonds fédéraux disponibles pour assurer la cybersécurité des infrastructures électriques, cliquez ici.

Par ailleurs, dans un contexte de prosommateurs, de réseaux intelligents et d’intelligence artificielle, il n’est plus suffisant de fournir de l’énergie. Comme l’a affirmé Nicholas Miller, d’HickoryLedge LLC : « There’s nothing ancillary about ancillary services . »

Les énergies renouvelables sont des parties intégrantes et nécessaires des réseaux électriques et les services auxiliaires (« ancillary services ») doivent être considérés comme essentiels.

II. Le déclassement d’actifs éoliens et solaires à la fin du cycle de vie encadré par l’économie circulaire

La question du déclassement des parcs éoliens et solaires devient de plus en plus importante, étant donné le nombre de projets d’énergie renouvelable qui ne cesse d’augmenter. Afin de limiter les répercussions pour l’environnement, la construction des nouveaux systèmes d’énergie éolienne et solaire photovoltaïque doit être encadrée par les concepts de l’économie circulaire afin de permettre la réutilisation et le recyclage de la matière première, comme l’aluminium et l’acier. Quelques entreprises manufacturières comme Vestas ont mis en place des initiatives pour réutiliser efficacement les matériaux de fabrication.

III. SolarPower Europe présente un guide des meilleures pratiques pour les parcs solaires

Un guide des meilleures pratiques pour l’opération et la maintenance des parcs solaires (version 4.0) a été présenté par SolarPower Europe. Ce guide traite notamment de la planification, des indicateurs de performance et des pratiques pour gérer efficacement un parc solaire photovoltaïque.

IV. La formation de la main-d’œuvre, un facteur clé pour l’avenir des énergies renouvelables

Selon Electricity Human Resources Canada et ENERCON Canada Inc., la formation du personnel technique de l’industrie éolienne doit notamment être améliorée afin de répondre davantage aux besoins de recrutement des entreprises. Parmi les pistes de solution envisagées : l’augmentation de la collaboration avec les cégeps et la promotion de la filière éolienne auprès des jeunes pour susciter leur intérêt.

En tant que centre collégial de transfert de technologie, Nergica relève le défi grâce à son
programme de stages collégiaux et universitaires et à l’embauche de main-d’œuvre qualifiée.

Quelques subventions disponibles pour l’embauche d’étudiants et de jeunes travailleurs en entreprises:

V. À surveiller au cours des prochains mois : stockage à long terme et systèmes de surveillance autonomes

Selon Tom Rand de ArcTern Ventures, le stockage d’énergie à long terme est un marché dans lequel il y a très peu d’intervenants pour le moment. L’emphase est davantage axée sur le stockage à court et moyen terme, notamment à l’aide de batteries et de volants d’inertie (« flywheel »).

Au cours des prochaines années, des avancements dans les systèmes de surveillance autonomes, particulièrement les drones, sont à prévoir. L’évolution dans les algorithmes de traitement d’images pourra contribuer à diminuer les coûts d’opération des parcs solaires, notamment en ce qui concerne l’inspection des panneaux.

VI. L’intégration de multiples technologies – un sujet à aborder

Bien qu’il y ait eu plusieurs discussions sur les différences d’opération entre un parc éolien et un parc solaire, l’intégration de multiples technologies (solaire, éolienne, stockage) n’a pas été abordée dans le cadre du Sommet. Alors que tels projets d’envergure commerciale sont réalisés aux États-Unis depuis plusieurs années, ils commencent à être envisageables au Canada. De plus, à l’heure où les utilités publiques et les gouvernements veulent convertir les réseaux autonomes à des sources d’énergie plus propres, les projets d’intégration d’énergie renouvelable dans les régions isolées sont incontournables.

Nergica a publié un livre blanc intitulé «Les microréseaux autonomes : un atout majeur pour l’électrification des sites hors réseau» que nous vous invitons à consulter pour en savoir plus sur le potentiel de développement et les défis de l’intégration de multiples technologies dans les microréseaux.

Pour en savoir plus sur le Sommet sur l’opération

 

Sommet Énergie

par Les Affaires
26 janvier 2021

Les appels d’offres, une problématique commune pour la relance d’une économie verte

Le plan pour une économie verte 2030 (PEV) lancé l’automne dernier par le gouvernement du Québec constitue une pierre angulaire pour l’électrification et la transition énergétique.

Lors du Sommet Énergie, plusieurs entreprises québécoises actives dans le secteur des technologies propres ont présenté leurs succès et leurs défis.  La nécessité de changer les règles d’appels d’offres est apparue comme une problématique commune. En effet, la pratique actuelle de retenir le plus bas soumissionnaire ne favorise pas la promotion de l’innovation ou des technologies propres.

Quel rôle est attendu des gouvernements dans la règlementation des appels d’offres publics?

Selon nous, si les coûts de cycle de vie des équipements étaient mieux pris en compte et que le coût de l’impact environnemental d’un projet était évalué à sa juste valeur, cela pourrait changer l’analyse globale des projets soumis et avoir un impact appréciable sur les objectifs en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES).

Il existe déjà de nombreux programmes, subventions et crédits d’impôts qui encouragent les entreprises québécoise et canadienne à innover et à développer leur savoir-faire ainsi que leur propriété intellectuelle. Ces programmes doivent se poursuivre et même être bonifiés si l’on souhaite que les technologies propres soient compétitives sur le marché, que ce soit lors d’appels d’offres ou dans d’autres contextes.

En ce moment charnière pour la lutte contre les changements climatiques, les milieux de la recherche et du savoir-faire joueront un rôle d’importance dans le Plan pour une économie verte. Il s’agit là d’un projet collectif où tous doivent contribuer. En tant que centre de recherche appliquée, catalyseur d’innovation, Nergica est prêt à relever le défi.

Pour en savoir plus sur le Plan pour une économie verte

 

Lancement de l’État de l’énergie 2021

par HEC Montréal
28 janvier 2021

I. Augmentation des émissions de GES au Québec – grands constats

La nouvelle édition de l’État de l’énergie est claire : malgré les plans d’actions et les objectifs de réduction des émissions de GES, on observe une stagnation et une augmentation des émissions de GES au Québec au cours des cinq dernières années.

Référence : Whitmore, J. et Pineau, P.-O., 2021. État de l’énergie au Québec 2021, Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal, préparé pour le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (Secteur de la Transition énergétique).  https://energie.hec.ca/wp-content/uploads/2021/01/EEQ2021_PPTLancement_28Jan2021_web.pdf

 

La consommation de produits pétroliers a enregistré une augmentation de 5 % de 2013 à 2019 alors que les émissions de GES ont augmenté de 3 % entre 2017 et 2018. En dépit de la pandémie, les ventes de véhicules ont suivi leur trajectoire des dernières années alors qu’on constate une hausse de 284 % des ventes de VUS et autres camions légers. La part de ce type de véhicules représentait 69 % des ventes totales en 2019.

Parmi les bonnes nouvelles à souligner, la consommation des bâtiments commerciaux et institutionnels est en déclin. Toutefois, une partie de ces gains est annulée par l’augmentation de la superficie de plancher observée dans le domaine résidentiel.

En matière d’émissions de gaz à effet de serre au Canada, le Québec se trouve au 3e rang avec 83 millions de tonnes de GES, derrière l’Alberta (273 millions de tonnes) et l’Ontario (165 millions de tonnes).

II. Améliorer l’accès aux données énergétiques pour un portrait juste de la situation énergétique

Les auteurs de L’État de l’énergie au Québec ont fait un travail remarquable, surtout lorsqu’on considère l’accès difficile aux données énergétiques. Ils ont d’ailleurs souligné le piètre état de ces données au Québec et au Canada. Le manque d’accès global, en raison de données souvent agrégées, catégorisées comme confidentielles ou parfois même incohérentes, limite la compréhension du secteur.

Nergica partage la nécessité de faciliter l’accès aux données énergétiques afin d’avoir le portrait juste et réel de la situation énergétique. Comme société, si nous voulons relever les différents défis de la lutte contre les changements climatiques, il est essentiel que les dirigeants puissent recourir à des données fiables, détaillées et objectives afin de prendre les décisions qui s’imposent.

Pour en savoir plus sur l’État de l’énergie au Québec 2021

Auteur(s) : , Nigel Swytink-Binnema,